Petit lexique

Petit lexique au sujet de la transidentité


Dans de nombreuses publications sur les questions lesbiennes, gaies, bisexuelles, transgenres, interexes (LGBTI) vous pourrez trouver beaucoup de termes et de néologismes qui peuvent rendre difficile la lecture et la compréhension des sujets abordés. Il nous a semblé donc utile de vous délivrer ici des définitions claires et sans ambiguïtés de ces mots.

Nota : Si des définitions vous semblent néanmoins incomplètes vous pouvez nous contacter via le mail webmaster@ant-france.eu.

Tous | # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Il existe 1 noms dans ce répertoire qui commencent par la lettre O.
Ordre symbolique
Ensemble de croyances que partagent les psychiatres d’obédience lacanienne, selon lesquelles le psychisme humain (l’inconscient, en particulier) serait obligatoirement structuré par divers interdits (par exemple, l’interdit de l’inceste qui obligerait les relations sexuelles à sortir de la cellule familiale pour… permettre « le libre échange des femmes », ce qu’ils appellent la « civilisation », mais en réalité l’hétéro-patriarcat) et par le complexe d’Œdipe. Selon l’Œdipe, notre destin serait déterminé par notre biologie mâle ou femelle (cf. essentialisme). Un petit garçon se construirait donc nécessairement en étant sexuellement attiré par sa mère et en considérant son père comme un rival menaçant. Ainsi, pour qui adhère à l’ordre symbolique, les homosexuels (qui ne sont pas attirés par le parent de sexe dit opposé) ou les personnes transgenres (qui refusent de voir leur vie sociale déterminée par leurs organes génitaux d’origine) sont nécessairement très malades… La Loi (celle du Père notamment) est un pilier incontournable de l’ordre symbolique. Son rôle est de contraindre l’individu pour lui imposer des limites arbitraires supposées le structurer (en réalité en faire un sujet docile face à toute autorité) et des frustrations (qu’il compensera en consommant, donc en travaillant). L’ordre symbolique est une idéologie totalitaire pour laquelle l’individu libre (sans contraintes autres que le respect de la liberté des autres) serait malade, voire nuisible. Toutes les cultures n’adhèrent pas à cette notion d’ordre symbolique chère aux psychiatres occidentaux. Loin d’être un invariant universel, cette fiction représente plutôt l’archétype de croyances désuètes, issues de l’idéologie judéo-chrétienne. Parmi les piliers de l’ordre symbolique, on retrouve en filigrane l’hétéro-patriarcat, un culte de la reproduction sexuée et du pénis, une aspiration à l’ordre social au détriment de la liberté des individus à disposer librement de leur corps et de leur vie.