Communiqué de presse du 05 mai 2017

Communiqués de presse

Second tour des élections présidentielles : non à la « solution » Front National !


Le 28 avril dernier, au premier tour de l’élection présidentielle, les électeurs ont qualifié pour le second tour les candidats Emmanuel Macron du mouvement En Marche ! et Marine Le Pen du Front National (FN).

Ce résultat est inquiétant pour la mise en place dans notre pays d’une politique forte reposant sur l’avancée des droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres, intersexes (LGBTI) et plus largement une lutte sans concessions contre l’homophobie et la transphobie.

Dans le programme du candidat arrivé en tête au premier tour, Mr Macron, il n’aura échappé à personne que ces préoccupations ne figurent pas à une place digne des enjeux sociétaux que représente le respect des droits humains de la population LGBTI. Il nous est proposé à la place un immobilisme désastreux, sans prise de conscience de la montée de l’homophobie et de la transphobie en France mais aussi, et surtout, aux portes de l’Europe comme en Tchétchénie. Pas de volontarisme donc concernant l‘accès à la PMA pour toutes les personnes en ayant la capacité biologique, pas de changement d’état civil libre et gratuit pour les personnes transgenres, pas de politique nationale ambitieuse de lutte contre les stéréotypes de genre non plus, pas d’égalité entre les familles etc.

Du côté de Mme Le Pen et du programme du Front National, c’est tout simplement le grand recul menant à l’abîme… A l’image de sa proposition de restreindre à nouveau le mariage et l’adoption aux couples hétérosexuels, l’ensemble de la politique proposée par le FN est fondamentalement homophobe et transphobe. Que les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres, intersexes qui seraient tentées de mettre un bulletin « Marine Le Pen » au second tour le sachent, ce serait un bulletin tristement perdant, car les personnes LGBTI figurent parmi les multiples cibles de la haine de ce parti d’extrême droite qu’est le Front National.

Au regard de cette situation et sans ambiguïté, l’Association Nationale Transgenre, association non partisane, ne peut qu’appeler les électeurs à ne pas voter pour la candidate Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle. Les valeurs du Front National que sont l’antisémitisme, le racisme, l’homophobie et la transphobie ne doivent pas être celles de la France du 8 mai 2017. Cette prise de position n’exonère cependant pas de leurs responsabilités l’ensemble des acteurs des politiques menées durant plusieurs dizaines d’années, qui n’ont pas lutté véritablement contre les causes de la montée de l’extrême droite et ses théories mortifères. Si rien ne change, il sera plus difficile d’éviter le pire dans les années à venir.

Au-delà du vote de ce dimanche 7 mai, il est essentiel de se projeter vers les futures élections législatives. Si le résultat des présidentielles n’offre que peu d’espoirs à court terme pour le respect des droits humains des personnes LGBTI en France, il reste un rendez-vous démocratique majeur qui pourra remettre notre pays sur le chemin de l’égalité des droits pour tous-tes quel que soit son sexe, son orientation sexuelle ou son identité de genre : celui du renforcement des droits acquis, celui des avancées indispensables pour une société forte et sereine, respectueuse de ses diversités.

Notre association adresse donc également un message de combat contre la haine dans une mobilisation des forces de progrès afin que les droits des personnes LGBTI ne sombrent pas dans un immobilisme révoltant qui s’annonce pendant les cinq prochaines années. Il ne faut pas baisser les bras, bien au contraire ! Rassemblons-nous en soutenant les candidats aux législatives défendant avec conviction des politiques courageuses et novatrices et proposant une réelle égalité des droits aux personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexes.

Pour l’Association Nationale Transgenre,
Delphine Ravisé-Giard
Présidente

Mail : porte.parole@ant-france.eu
Mobile : +33 (0)6 11 63 48 00
Site Internet : www.ant-france.eu


Version .pdf du communiqué de presse